Yoki coaching

Yoki coaching

LE COACHING DE VIE
-Baptiste

Imaginez que l’on vous accompagne dans vos réflexions en vous aidant à cerner votre potentiel, vos ressources, à surmonter certaines de vos croyances limitantes et à voir vos forces. Imaginez que vous preniez conscience de cela.

Cette prise de conscience vous permettra de trouver plus facilement vos propres solutions, de surmonter vos craintes, de définir vos objectifs et ainsi de faire des choix pour améliorer les choses et avancer…

Imaginez ce que vous feriez si vous osiez …

Quelques étapes du coaching de vie…

  • Définir précisément votre objectif 
  • Mettre en lumière vos ressources, votre potentiel, travailler sur vos réticences et transformer vos craintes en besoins
  • Concevoir votre plan d’actions avec des étapes concrètes réalistes et réalisables
  • Mettre en place votre plan d’action
  • Vérifier que les changements entrepris vous aident dans votre quotidien.

_________________________

Baptiste Pfeiffer (co-fondateur de YOKI)

Après des études en gestion d’entreprise et en marketing en Suisse, en France et aux USA, j’ai commencé ma carrière professionnelle en Allemagne pour ensuite évoluer dans le marketing au sein d’une grande multinationale. Par la suite, mes diverses expériences professionnelles m’ont notamment conduit en expatriation pour le CICR au sein duquel j’ai supervisé des équipes sur le terrain en Afghanistan et au Congo. A mon retour, après différents mandats de consulting et ayant obtenu un DAS en management durable, j’ai rejoint la société que je codirige actuellement pour la réorganiser et l’accompagner dans son développement au moment de la crise de la presse en 2011. Mon challenge actuel consiste à mettre en place  un nouveau modèle de management qui offre un cadre où chacun peut être authentique, faire émerger son potentiel et se rapprocher de qui il est vraiment.

En parallèle, afin d’accompagner au mieux les personnes et les entreprises que je côtoie, je me suis formé au coaching.

Une lecture que je vous conseil. Kilomètre zéro Le chemin du bonheur – Maud Ankaoua

Une lecture que je vous conseil. Kilomètre zéro Le chemin du bonheur – Maud Ankaoua

Une magnifique lecture. Si les quelques lignes ci-dessous vous inspirent je vous conseil la lecture de ce livre

- Baptiste

Kilomètre zéro – Le chemin du bonheur  De Maud Ankaoua

  • Autrement dit, nous fabriquons notre réalité à partir de notre connaissance et de nos expériences ? C’est exact, mais pas seulement.
  • Elle est aussi conditionnée par nos émotions… En résumé, nous nous racontons une histoire sur ce qu’est le monde extérieur… Nous avons la faculté de casser nos croyances. Et en changeant nos croyances, il nous est possible de remplacer nos modèles par d’autres.

Une histoire, un roman initiatique. Que se passerait-il si d’une vie rangée peut-être monotone (cette zone de confort inconfortable), mais tellement valorisante pour notre égo, nous changions d’endroits, de lieu de repère pour nous retrouver loin de nos habitudes…

Osez l’audace d’« être »… voici le contenu de ce livre. Osez sauter le pas pour sortir de nos habitudes et se rapprocher de qui nous sommes. Osez essayer, se lancer et gravir cette montagne dans un but insensé et pourtant avec tant de sens. 

Une histoire de rencontre, de confiance : être en confiance avec soi, avoir confiance en ce qui est… un chemin à l’intérieur de soi, un chemin avec les autres, un chemin avec le tout. 

C’est un peu l’histoire de ce roman, où d’une tour dorée on chemine pour se retrouver à grimper et explorer le Tibet. De rencontre en surprise, d’ouverture en retour en arrière, on découvre que chacun de nous façonne son monde en fonction de la manière donc on le perçoit, que notre état intérieur influence nos rencontres et nos visions, que nous créons notre réalité en fonction de nos croyances. 

Et si l’on changeait nos croyances, si nous remplacions nos modèles par d’autres pour « être » plutôt que faire, pour créer une réalité façonnée par un état, un état intérieur de bien-être.

Et bien sûr, on se plante, on se trompe, mais n’est-ce pas le chemin qui est plus important que l’objectif ?